Retour à la page d'accueil

 

Admin

Diocèse de Tours

CEF

Année Saint Joseph

Centre Spirituel

Denier de l'Eglise

RCF

Février 2020






<PDF> Dans le Chrétiens en Choisille de février 2020

Au sommaire de ce numéro (cliquez sur un titre pour accéder à l'article)

Les rubriques du mois (cliquez sur un titre pour accéder à la rubrique)






La vie consacrée


Depuis 1997, la fête du 2 février est aussi "Journée mondiale de la vie consacrée". C'est une invitation pour l'Eglise, chaque année, à prendre conscience du trésor de la vie consacrée en son sein, à mieux la connaître, à en prendre soin. Car "en contemplant le don de la vie consacrée, l'Eglise contemple sa vocation la plus profonde, celle de n'appartenir qu'à son Seigneur", disait alors le pape Jean Paul II. Célébrer la Journée mondiale de la Vie Consacrée, c'est rendre grâces pour l'œuvre de Dieu dans la vie de tant d'hommes et de femmes qui se sont engagés en son nom dans une multiplicité de formes de vie, de charismes, de spiritualités. C'est aussi l’occasion pour les personnes consacrées - membres d'instituts religieux, de sociétés de vie apostolique, d'instituts séculiers, vierges et laïcs consacrés – de se retrouver pour célébrer ensemble les merveilles que le Seigneur a accomplies dans leurs vies et celles de leurs instituts dans un appel qui les dépasse et avec le désir de toujours mieux servir.

Dans sa Lettre apostolique à tous les consacrés à l'occasion de l'année de la vie consacrée, le Pape François invitait tous les consacrés à "regarder le passé avec reconnaissance", à "vivre le présent avec passion" et à "embrasser l'avenir avec espérance". Reconnaissance, passion, espérance. La journée du 2 février peut être l'occasion pour les personnes consacrées de se réajuster à cette belle dynamique. Mais ce programme peut, me semble-t-il, s'appliquer à chacun de nous, chrétiens, quel que soit notre chemin de vie. Puissions-nous le vivre ensemble, dans nos vocations respectives !


Sœur Anne Bayart




Communiqué de Mgr Michel Aupetit sur le projet de loi bioéthique


"Si nous nous taisons, les pierres crieront" (cf. Lc 19, 40).

Après avoir commencé à détruire la planète, allons-nous laisser défigurer notre humanité ? Qui osera élever la voix ?

À l'heure de l'examen par le Sénat du projet de loi bioéthique, une prise de conscience est urgente. Depuis des années, nous nous engageons toujours plus avant vers une dérive mercantile de pays nantis qui se payent le luxe d'organiser un trafic eugéniste avec l'élimination systématique des plus fragiles, la création d'embryons transgéniques et de chimères.

Comment se fait-il que notre société si soucieuse, à juste titre, du respect de l'écologie pour la planète, le soit si peu quand il s'agit de l'humanité ? Tout est lié.
Je le répète une fois encore : l'enfant est un don à recevoir, pas un dû à fabriquer. L'absence d'un père est une blessure que l'on peut subir, mais il est monstrueux de l'infliger volontairement.

Comme vient de le rappeler le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, il faut garantir au nom de la liberté le droit à l'objection de conscience dans ces domaines.

Il est encore temps pour le législateur de se ressaisir, d'oser dépasser les postures idéologiques et pour tous les citoyens de faire entendre la voix du bon sens, de la conscience et de la fraternité humaine.

+ Michel AUPETIT, Archevêque de Paris, le mercredi 15 janvier 2020




Installation de Mgr Jordy




"Je suis là pour travailler avec vous, à votre service… Vivons notre mission unis à Jésus."

"…des mages d’Orient sont venus à la crèche, signe que la lumière du Christ Jésus est pour toute l'humanité…"

"Face à la démesure, à l'obsession du toujours plus, l'enfant de la crèche nous enseigne la modestie, la petitesse et nous invite à une conversion."


A la fin de la célébration, Mgr Jordy a exprimé son désir de dialogue et de collaboration avec tous et "au-delà des limites de l'Eglise catholique".

"Nous sommes dans une période particulière de l'histoire, face à des questions importantes, voire vitales; j’en évoquerai deux : la fracture sociale dans notre société et le réchauffement climatique… Il faudra mobiliser les sagesses, les énergies spirituelles, religieuses, tant les enjeux sont énormes et les inerties réelles; nous aurons besoin de tout le monde pour que le monde demeure vivable pour tous et par tous."



.








La 70ème miraculée de Lourdes à la fête des malades de l'Hospitalité de Touraine


Le 1er décembre dernier avait lieu à l'Ile Bouchard la traditionnelle fête des malades de l'Hospitalité de Touraine, sous la présidence de Monique SIMIER. La fête de cette année revêtait un caractère exceptionnel par la présence de sœur Bernadette MORIAU, 70ème miraculée de Lourdes reconnue. La messe, célébrée à l'église Saint-Gilles, était suivie d'un repas à la salle communale rassemblant 330 malades, personnes âgées et hospitaliers. Les convives purent ensuite écouter le témoignage bouleversant de la sœur. Pendant le temps d'adoration à la chapelle, je sentis une chaleur m'envahir, une détente, je me demandais ce qui m'arrivait. De retour dans ma chambre, je défis l'atèle de mon pied recroquevillé qui se déplia, j'enlevai mon corset, arrêtai le neurostimulateur, me levai et marchai sans douleurs.

Depuis 4 décennies, la sœur souffrait de lésions à la colonne vertébrale qui évoluèrent vers des problèmes neurologiques de plus en plus invalidants et qui la faisaient atrocement souffrir.


Sœur Bernadette était entrée dans la Congrégation des Franciscaines à l'âge de 19 ans. J'ai ressenti un appel du Seigneur lors de ma profession de Foi. Elle grandit dans une famille modeste et voulut très tôt se mettre au service de tous. Sa vocation la conduisit comme infirmière dans un établissement hospitalier. Son mal empira. Son médecin lui proposa de participer au pèlerinage de son diocèse en juillet 2008, avec les malades. A la piscine, je me souviens avoir chanté : lave moi Seigneur mon Dieu, purifie-moi, prend pitié de moi. Puis à la procession eucharistique. Cette présence de l'Eucharistie m'a profondément marquée. Les pèlerins sont rentrés.
Trois jours plus tard avait lieu le miracle. Seigneur, pourquoi moi, je ne t'ai rien demandé ? Je compris que je reçus ce don pour témoigner des merveilles de Dieu. Depuis le 12 février 2018, date de la reconnaissance officielle de sa guérison, la pétillante sœur Bernadette, inlassablement, témoigne.


Alain NICOLAS


Sœur Bernadette MORIAU a écrit un livre : Ma vie est un miracle aux éditions J. CL. Lattès

L'Hospitalité de Touraine organise 2 pèlerinages par an.
Pour 2020 : du 14 au 18 avril et du 17 au 21 août.

Contacts : Alain et Marguerite NICOLAS
06 24 07 11 05
alma.nicolas@laposte.net

Dernière modification le : 21/02/2020 @ 14:00
Catégorie : Aucune

Divers

Photos

Sites internet

KTO

Vidéo du Pape

Haut de page

Site de la Paroisse de Notre Dame de Choisille
Doyenné de Tours-Nord - Diocèse de Tours

Site créé avec Phortail 2.0.12
PHP version 5.1.3RC4-dev