Retour à la page d'accueil

 

Admin

Diocèse de Tours

CEF

Centre Spirituel

Denier de l'Eglise

RCF

Notre Dame des Eaux (La Membrolle)


Notre Dame des Eaux

Rue Nationale, 37390 La Membrolle/Choisille - Montrez-moi sur la carte

Chanoine Moussé, Le Culte de Notre-Dame en Touraine, Tours, Maison Alfred Marne, 1915,-
Ouvrage honoré d'une lettre de sa Sainteté le Pape Benoît XV.


Vers 1032, un pauvre berger faisait paître son troupeau dans la vallée de la Choisille, précisément à l'endroit où les deux bras de la rivière viennent se réunir. Un bœuf, le plus beau de tous, restait ferme et droit pendant de longues heures au pied d'un saule déjà vieux, dédaignant l'herbe savoureuse qui croissait tout autour et léchant sans cesse l'écorce de cet arbre. En vain le pâtre essayait-il de l'éloigner, l'animal y revenait sans cesse et semblait ne s'en écarter qu'à regret. Intrigué de cette persistance étrange, le berger voulut en connaître la cause. Il fouilla dans les branches de l'arbre, et bientôt, à son grand étonnement, il découvrit
une statuette de la sainte Vierge, œuvre grossière et à peine ébauchée de quelque ancien pâtre.

Il ne fit point mystère de sa précieuse trouvaille, ni des circonstances qui l'avaient accompagnée. Pour abriter l'image miraculeuse, le seigneur de Mettray, Hermanicus, propriétaire de la prairie, fit construire une petite chapelle, dont il confia le soin aux moines de Marmoutier.

Cette chapelle et le prieuré qui en avait la garde devinrent bientôt un lieu de pèlerinage. Des maisons s'élevèrent à côté et finirent par former un véritable hameau qui prit le nom d'une villa voisine : Membrariola, La Membrolle.

La statue avait reçu son titre : à cause de l'endroit où elle avait été trouvée, on l'appela Notre-Dame des Eaux. Et bientôt, par une liaison d'idées toute naturelle on venait l'invoquer de toutes parts, pour obtenir la pluie.

Au point de vue matériel, chapelle et prieuré vont de pair; c'est la pauvreté. Cette pauvreté ne leur fut cependant pas une sauvegarde suffisante. La Révolution confisqua les trois maigres arpents de terre constituant le domaine du prieuré ; la chapelle fut profanée et vendue.

Pendant de longues années, on crut la madone détruite, mais un homme de cœur l'avait soustraite aux outrages. Antoine Loiseau, charpentier, avait pu s'en emparer et l'avait cachée hez lui. Il en garda toujours le secret et la transmit à son fils Bonaventure Loiseau époux de Jeanne Péan. En 1845 Jeanne Péan, veuve Loiseau ,en parla à l'abbé Bedouet, curé de Mettray.

Ce vénérable prêtre, tout heureux de retrouver un trésor considéré comme perdu, voulut donner une place convenable dans son église paroissiale. Il comptait sans la piété séculaire des habitants de La Membrolle. Ceux-ci, à la première nouvelle que la vierge leur était conservée, s'en émurent et s'opposèrent formellement à s'en laisser déposséder. Il fut donc convenu que la statue resterait à La Membrolle, jusqu'à ce qu'on put la replacer dans la chapelle restaurée. Caroline Bérard, comtesse de Nanteuil, fit racheter l'ancienne chapelle désaffectée pour en construire une nouvelle. La première pierre fut posée le 14 août 1847. La nouvelle chapelle consacrée en 1856, devenue aujourd'hui l'église paroissiale, a ainsi pu de nouveau abriter Notre-Dame des Eaux.

Si l'actuelle Notre-Dame des Eaux était celle qui, d'après la tradition, fut retirée du saule vers 1032, elle serait certainement l'une des anciennes effigies de Marie honorées en France.



Dernière modification le : 03/12/2019 @ 11:18
Catégorie : les clochers

KTO

Vidéo du Pape

Haut de page

Site de la Paroisse de Notre Dame de Choisille
Doyenné de Tours-Nord - Diocèse de Tours

Site créé avec Phortail 2.0.12
PHP version 5.1.3RC4-dev